Le blog de Thailsacien

La vie quotidienne d'une famille thailsacienne

11 Janvier – Dans les cartons…

En prévision de notre déménagement à Chiang Mai prévu fin mars.

Cartons

Vite fait, en passant, une photo de ce qui est l’essentiel de mes activités pendant mon temps libre. Et ça devrait encore durer jusqu’à début mars où un premier voyage “léger” est prévu, notamment pour recevoir les clés de notre nouvelle maison. Le gros de la troupe suivra dans un vrai camion de déménageurs fin mars.

En attendant, je souhaite vous inviter à signer une pétition en ligne. Lorsque le nombre de signatures sera suffisant pour être crédible, l’auteur de cette pétition, May Kham (à lire “Journal d’une enfant survivante” disponible à la FNAC et sur Amazon), ira la présenter devant le Parlement européen et aussi le Congrès américain.

Pour la majorité des occidentaux, le terme “Asie” est associé à “paix, sérénité, médiation, zen, bouddhisme, etc.” la réalité est toutefois TERRIBLEMENT, INHUMAINEMENT différente !!

Je ne sais pas s’il existe une autre région du monde où autant de populations sont opprimées uniquement du fait de leur appartenance ethnique : Shans, Karens, Kashins, Rohingyya, et aussi les Hmongs.

Et il s’agit bien souvent de gens qui ont aidé vos parents, vos oncles, vos cousins pendant les périodes de conflits coloniaux. Vos parents, oncles, cousins qui, à l’époque, leur avaient promis la liberté et la « démocratie ». Ils y ont cru.

Voyez le résultat :

Aujourd’hui, je vous invite à signer une pétition en faveur des Hmongs. C’est très facile, il suffit de cliquer sur ce lien : “Pétition en faveur des Hmongs”.

En lisant le livre de May Kham, vous en saurez aussi un peu plus sur l’accueil réservé par la France “reconnaissante” à ceux qui, après lui avoir fait confiance, ont réussi à survivre dans les camps de réfugiés thaïlandais.

Concernant le reportage, j’avais déjà parlé du livre associé sur mon blog : Les Shans et les Hmongs.

N’hésitez surtout pas à faire circuler. Il s’agit d’une action concrète et non pas d’une invitation à jouer à Cityville sur Facebook !!

Merci d’avance

Publicités

11 janvier 2012 Posted by | Vie quotidienne | 2 commentaires

2011 in review

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2011 pour ce blogue.

Voici un extrait:

La salle de concert de l’Opéra de Sydney contient 2 700 personnes. Ce blog a été visité environ 18 000 fois en 2011. Si c’était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 7 représentations à guichets fermés pour pour qu’autant de personnes le voient.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

3 janvier 2012 Posted by | Non classé | Laisser un commentaire

1er Janvier 2012 – Année de la rigolade !!

En effet, en Thaïlande nous passons à l’an 2555, ce qui se prononce “Song – Ha – Ha – Ha”, en insistant sur le “H” comme dans Halsacien !!

_DSC6741

Alors la famille Thaïlsacienne vous souhaite à tous une

EXCELLENTE ANNÉE SONG – HA – HA – HA

1 janvier 2012 Posted by | Célébrations | Un commentaire

31 Décembre – Dernière semaine de l’année

Une dernière semaine que nous avons passée à Chiang Mai, toujours pour préparer le terrain en vue de notre futur déménagement. C’est vrai qu’il arrive qu’on me fasse remarquer que je m’y prends suffisamment tôt, surtout en Thaïlande où le concept de “temps” est encore très…. disons subjectif ! et où celui qui connait à l’avance son emploi du temps pour le lendemain peut facilement passer pour un extra-terrestre, mais il ne s’agit pas simplement de déplacer deux tables et un ventilateur d’une ruelle de Bangkok à l’autre !!

Cette semaine a donc été consacrée à différentes activités directement liée audit déménagement, activités entre lesquelles nous avons tout de même trouvé le temps pour profiter de notre semaine de “vacances”.

Lundi 26 Décembre : jour férié en Alsace !!

_DSC6421

Une VRAIE journée de tourisme, puisque nous l’avons passée au parc Royal Flora, une exposition autour du thème des fleurs qui avait été créée initialement en 2006, à l’occasion du 60ème anniversaire du couronnement de SM le Roi Rama IX, et qui se tient à présent chaque année. Pensant tout d’abord à une banale exposition de parterres fleuris perdus entre des centaines de stands de nourriture et de souvenirs en tous genres, j’ai été très agréablement surpris par la diversité des activités/animations et nous sommes finalement restés toute la journée et même en début de soirée sans avoir eu le temps de tout voir !!

_DSC6592

En plus des fleurs, dont certaines exotiques comme les géraniums, les tulipes, les bégonias, etc., une partie importante du parc est également consacrée à l’agriculture en général, aux énergies renouvelables, à l’artisanat rural et un défilé tout en lumière à la tombée de la nuit marque le début de divers spectacles “sons et lumières” qui ont lieu sur les plans d’eau du site.

_DSC6749

En résumé, une très bonne idée de visite pour tous ceux qui viennent à Chiang Mai entre début décembre et la mi-mars, en évitant si possible les longs weekends de congés thaïlandais où tous les hôtels sont pris d’assaut par les Bangkokois et les Thaïs d’autres régions qui viennent à l’exposition.

_DSC6625

Dernier détail : les explications figurent aussi en anglais pour ceux qui ne lisent pas le thaï.

Mardi/Mercredi 27/28 Décembre :
La semaine du Père-Noël

La principale activité de ces deux jours, à savoir apporter a été amplement décrite dans mon billet précédent. J’en profite pour remercier les 2 généreux donateurs qui ont cliqué sur le lien “Faire un don” suite à ce billet : notre projet pour 2012 sera une cuisine digne de ce nom pour l’école de Ban Huoi Haeng.

_DSC8231

Mais je vous en parlerai plus précisément dans un prochain billet !!
En attendant, n’hésitez surtout pas à me contacter si vous souhaitez faire un don et bénéficier d’un abattement fiscal.

Jeudi 29 Décembre : Bachi Bouzouk

Vous l’aurez deviné, nous sommes allés voir l’adaptation cinématographique par Spielberg des aventures du plus célèbre des grands reporters du XXème siècle : Tintin !!

IMG_0654

Mes filles, surtout Naomi, en sont des inconditionnelles, elles possèdent toute la collection en Thaïlandais, la série en anglais est déjà bien avancée et leur papa possède toute la collection en Français ainsi que les deux albums qui ont été publiés en alsacien (on s’en serait douté !!).

Anecdote : j’ai été récemment contacté via Facebook par un ancien camarade de classe de l’école primaire qui se souvenait de moi parce que je lui avais fait découvrir Tintin (j’ai honte : je ne me souvenait plus de ce détail !!). À l’exception de deux membres de ma famille, c’est assurément le plus ancien de mes amis Facebook (p… 45 ans !!).

école du contade 1967

Du coup j’ai ressorti de vieilles photos de classe comme celle-ci qui date de l’année scolaire 1966/67, année du cours préparatoire. Je n’ai pas trop changé parait-il, à part peut-être le nez !!

Vendredi 30 Décembre : Vélo

Chiang Mai et sa région est un véritable paradis pour les adeptes de la petite reine et même le centre ville s’avère très agréable à parcourir au petit matin pour s’ouvrir l’appétit.

2011-12-30 07.41.06 IMG_0653

Aujourd’hui, comme à chacun de nos passages à Chiang Mai cette année, je suis monté au sommet du Doi Suthep, la montagne qui domine la ville à 1100 mètres d’altitude, pour aller y prendre le petit déjeuner dans l’une des gargotes à côté du parking envahi, dès 7H00 en cette saison, par les cars de touristes. Après une heure de montée (13 km), et bien j’ai la tête de quelqu’un qui…. est monté au Doi Suthep le matin à l’aube. On voit bien d’ailleurs que le nez a changé par rapport à la photo du dessus !!

Samedi 31 Décembre : Anglais et Munster

Nous avions rendez-vous aujourd’hui avec Maïwenn (cliquez pour voir son blog), une bretonne professeur de français et d’anglais à Lamphun, chef-lieu de la province du même nom au sud de Chiang Mai. Elle m’avait contacté il y a quelques temps car son école se débarrassait de livres scolaires en anglais, des livres qui feront le bonheur des élèves de Loi Tai Laeng, en pays Shan.

_DSC3013

Nous sommes ensuite allés déjeuner ensemble dans un restaurant Thaïlandais et j’en ai profité pour lui faire goûter l’une de nos spécialités régionales. Je pense qu’il aurait été très maladroit de ma part de lui proposer une galette bretonne !!

Bretalsace

À l’année prochaine !!

31 décembre 2011 Posted by | Vie quotidienne, Voyages | Laisser un commentaire

27 Décembre – La semaine du Père-Noël

L’absence d’activités sur ce blog n’est pas synonyme d’absence d’activité dans la vraie vie et même si le chambardement organisationnelle provoqué par les inondations ne m’a pas laissé le temps de préparer des calendriers et cartes de vœux comme l’année dernière (rappelez-vous), les fonds restants, complétés par quelques dons spontanés dont je remercie les auteurs, ont été suffisants pour faire parvenir une bonne centaine de coupe-vents et 50 duvets à nos amis Shans, en plus du chargement “de Noël” dont je vais vous parler maintenant.

IMG_0544

La dernière semaine de l’année civile étant aussi une semaine de congé pour les filles, nous avions chargé le “traîneau du Père-Noël” de 250 duvets supplémentaires que nous sommes allés apporter nous-mêmes auprès de l’école de Pang Tong, un établissement qui accueille 250 élèves majoritairement Karens, près de la petite ville de Khun Yuam, à mi-chemin entre Mae Hong Son et Mae Sariang (ça, c’est pour vous aider à chercher sur Google Maps).

_DSC6776

Cela fait presque un an que nous avions eu connaissance de cet établissement dont le directeur est un ami de Monsieur Pimook. Si cette école semble à priori mieux équipée et aussi moins isolée que celle de Ban Huoi Haeng, elle “centralise” une bonne vingtaine de villages montagnards de la région et beaucoup d’élèves viennent ici pour leur cycle secondaire, après avoir reçu un enseignement primaire plus ou moins complet, dans une petite école de village pour les plus chanceux, au temple pour beaucoup d’autres.

_DSC5732

Le village de Pang Tong se trouve au milieu de paysages vallonnés superbes où les conditions climatiques de moyenne altitude (entre 700 et 1200 mètres) permettent une agriculture à la fois relativement diversifiée et différente de ce qui se pratique dans la plaine. Les conditions d’accès ne sont cependant pas des plus faciles : il nous a fallu aujourd’hui plus de 6 heures pour parcourir les 200 km depuis Chiang Mai !!

_DSC5827

Cette région est aussi très connue pour ses fleurs jaunes : les “Bua Tong”, dont la floraison a lieu chaque année en novembre et qui donne lieu à quelques semaines d’activité touristique intense, majoritairement des citadins de Bangkok et de Chiang Mai. Les collines retrouvent ensuite leur quiétude que l’on aurait presque envie de qualifier de bucolique, sauf que les conditions de vie des populations majoritairement Karens, avec quelques communautés Hmongs, ne sont pas vraiment des plus poétiques.

_DSC5745 _DSC5737

Certains élèves ne disposent, en effet, que d’une seule paire de chaussures pour l’année et l’école compte une petite centaine de pensionnaires qui dorment sous des abris assemblés de bric et de broc et se lavent dans ce que nous avions initialement pris pour des abreuvoirs à bétail lors de notre premier passage ici, en octobre dernier.

En pratique, le directeur assure là aussi une fonction qui va bien au-delà de son rôle d’administrateur d’établissement scolaire et remplit une véritable mission d’assistance sociale auprès des populations et surtout de leurs enfants qu’il essaie le plus possible d’encourager à poursuivre leurs études au-delà des 9 années d’école obligatoire. Une tâche qui n’est pas toujours facile, car les familles ont besoin de bras pour les champs et qui ont encore souvent du mal à comprendre l’utilité des études parce que “les livres ne se mangent pas”.

Autre difficulté dont il nous avait parlé : certaines différences culturelles entre les Karens, qui représentent l’écrasante majorité, et les Hmongs dont une petite dizaine seulement fréquente son établissement. Ils habitent au village de Mae U-Khor, à 5 km environ de l’école (1 heure de marche), mais ne peuvent rester dormir sur place parce qu’aucun adulte Hmong n’est présent pendant la nuit. Plutôt que de laisser ces enfants se débrouiller seuls, avec le risque de les voir abandonner l’école, le directeur s’est débrouillé pour trouver les fonds nécessaires et a organisé une navette qui assure le transport quotidien. Un budget mensuel moyen de 4000 Bahts (100 Euros), soit 400 Baths par élève, qui est totalement hors de portée des populations agricoles montagnardes dont le revenu moyen est de 60 Bahts (1,50 Euro) par jour !!

DSC_0704

Alors s’il vous reste quelques “fonds de tirelire” après avoir joué le Père-Noël auprès de vos familles et de vos proches, peut-être aurez-vous vous aussi envie de participer à un cadeau bien plus précieux pour certains enfants que la plus sophistiquée des consoles de jeu et qui semble pourtant d’une banalité affligeante à beaucoup de petits occidentaux : l’éducation !!

Pour ce faire, il vous suffit de cliquer sur le lien “Faire un don” en haut à droite de cette page (ou alors de me contacter en laissant un commentaire, je vous indiquerai alors comment procéder pour bénéficier d’un abattement fiscal).

Le paiement est totalement sécurisé et l’intégralité des dons reçus, et même plus, bénéficie directement à ceux qui en ont réellement besoin.

27 décembre 2011 Posted by | Les écoles | Laisser un commentaire

12 Décembre – La semaine en vrac

Lundi 5 – Veille de la Saint Nicolas !!

_DSC6275

Bon, il y a bien un autre évènement qui se fête en Thaïlande (voir mon billet du 5 décembre), mais aujourd’hui, pour tout alsacien qui se respecte, c’est surtout la veille du jour des Maennele, ou du Hans Trapp qui vient punir ceux qui n’ont pas été sages pendant la nuit du 5 au 6.

Mardi 6 – Saint Nicolas !!

2011-12-06 21.53.11

Tous frais (enfin de la veille !!), tous chauds (32 °C le soir à 20H00), les Maennele ont très bien supporté le voyage depuis Hochfelden, pour la plus grande joie des filles qui en rêvaient depuis plusieurs jours.

Mercredi 7 – Lendemain de la Saint Nicolas

2011-12-06 21.53.11

Oui, je sais, ça devient une obsession. Mais essayez-voir de passer 6 mois sans voir l’ombre d’un bout de munster ou la miette d’un Kougelopf. Vous l’aurez deviné, les Maennele sont venus accompagnés, mais rassurez-vous, personne n’a osé le Maennele au Munster !!

Jeudi 8 – Surlendemain de la …. naaaan !

2011-12-09 11.49.06

Nous avons tout de même réussi à manger thaï une fois cette semaine. Au menu : Nam Plik Oup (une spécialité Shan à base de soja fermenté), coques au curry, poisson salé, riz blanc.

Vendredi 9 – J’essaie une voiture hybride

_DSC6417

Il y a 3 mois de cela, nous avions décidé de changer de voiture. C’était AVANT notre dernier voyage dans le nord et aussi, très important, AVANT les inondations.

Fin septembre, nous avions trouvé un acheteur et comme il n’était pas pressé, nous avions convenu avec lui que nous mettrions la voiture en révision/réparation (2 bosses au pare-chocs) pendant les 3 semaines de voyage et il en prendrait possession à notre retour, fin octobre. Nous avions aussi pris contact avec le concessionnaire Mitsubishi pour nous renseigner sur le délai du modèle que nous avions choisi. Il serait livrables sous 10 jours à partir de la commande, ce qui nous convenait parfaitement.

Nous sommes donc partis en voyage avec un véhicule de location et avions été obligés de prolonger notre séjour à Chiang Mai d’une semaine pour cause de routes inondées. L’acheteur potentiel de notre voiture s’est retrouvé avec 1 m d’eau dans son salon et nous a fait comprendre poliment qu’il avait d’autres préoccupations pour l’instant, ce que nous comprenions parfaitement.

Nous-mêmes étions très contents d’avoir toujours notre “bon vieux” MU-7 pendant les 3 semaines d’exil passées à Nakhon Pathom. Retour à Bangkok fin novembre, reprise de l’école, la vie normale reprend tout doucement son cours.

Et pour la voiture ?
Ben on essaie de la vendre, on verra bien.
48 heures plus tard elle était partie. Et sans même négocier le prix !!

Nous sommes donc retournés chez Mitsubishi pour passer la commande et nous entendre dire par un vendeur au sourire en zigzag que le centre de montage thaïlandais avait subit des inondations et qu’il serait très difficile de livrer avant Noël.

Tout le monde a suivi jusqu’à présent ?      Allez , je continue.

Ce week-end, nous avions prévu d’aller une nouvelle fois à Nakhon Pathom et il nous fallait donc un véhicule. Comme il s’agissait d’un simple weekend et que, exceptionnellement, nous n’avions pas beaucoup de choses à transporter, je me suis laissé tenter par une voiture plus petite et, pourquoi pas, associer l’utile à l’agréable en découvrant la technologie hybride au volant d’une Toyota Prius.

J’ai aussi découvert un inconvénient des “petites” voitures : leur taille !!
Non seulement le coffre est plein avec 2 sacs (passe encore), mais elles n’aiment pas, mais alors pas du tout les trottoirs. Bref, il y aura de la paperasse à remplir pour l’assurance.

Samedi 10 – Éclipse de lune

_DSC6292

Superbe spectacle céleste auquel nous avons assisté depuis la terrasse de notre maison, loin de la pollution lumineuse de la grande ville.

Dimanche 11 – Rangement

2011-12-11 10.48.13

Je voulais m’en occuper depuis longtemps, voilà chose faite.
Il s’agissait de faire le tri dans mon “atelier” fourre-tout – bric-à-brac en éliminant l’inutile, en rangeant et classant l’utile et en séparant ce que nous emmènerons à Chiang Mai lors de notre déménagement en mars prochain. L’objet insolite de la photo fera partie du voyage !! (lui aussi vient d’Alsace et s’utilise généralement APRÈS la saison des Maennele)

Lundi 12 – Retour à Bangkok

_DSC6419

Le 10 décembre est férié (jour de la constitution) et comme tout jours férié qui tombe pendant un weekend, il est rattrapé le lundi suivant (malins les Thaïs, même la CGT n’y avait pas pensé !).
Ce lundi 12 était donc férié et nous sommes rentrés tranquillement ce matin en laissant notre nouveau locataire couver tranquillement, à l’abri du vent glacial qui s’est mis à souffler depuis dimanche (à peine 18 °C au lever du soleil).

12 décembre 2011 Posted by | Vie quotidienne | Laisser un commentaire

5 Décembre – Je suis zému (la suite !!)

Le 1er décembre, date de mon dernier billet, c’était la fête des pères à l’école. Aujourd’hui, 5 décembre, c’est le jour de la vraie fête des pères, Wan Pôô Heng Chat (le jour du père de la nation) en thaï, anniversaire de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej.

_DSC6265

Cette fête majeure du calendrier thaïlandais, société résolument paternaliste, n’est pourtant pas aussi ancienne qu’il n’y paraît puisqu’elle n’a été instaurée qu’au début des années 80, soit il y a 30 ans à peine, dans le cadre d’une campagne de revalorisation de la monarchie menée à l’initiative du premier ministre de l’époque, Prem Tinsulanonda. Depuis, chaque année, les organisateurs successifs redoublent d’imagination et de créativité pour faire de cette journée une véritable éloge du monarque actuel et, plus largement, de l’institution royale thaïlandaise en général.

La Thaïlande est en effet une monarchie, constitutionnelle certes, mais surtout monarchique et tout voyageur de passage pourra très facilement constater à quel point les Thaïlandais aiment et respectent leur Roi. Il s’agit là d’une admiration qui peut parfois sembler démesurée, voire béatement naïve, mais qui n’en demeure pas moins des plus sincères et même sans les campagnes de propagande soigneusement orchestrées par les royalistes, je peux sans hésitation affirmer que le respect et l’amour du peuple Thaïlandais pour son souverain sont authentiques et je ne sais pas s’il existe au monde un autre chef d’état qui jouit d’une aussi grande popularité.

Le paradoxe ici est que la Thaïlande possède aussi l’une des lois les plus répressives au monde pour ce qui est des “crimes de lèse-majesté”. Je ne m’étendrai bien évidemment pas ici, pour des raisons évidentes, sur le bien-fondé de cette loi ni sur son utilisation catastrophiquement abusive au cours des récentes années avec pour résultat de faire plus de tort que de bien à l’institution qu’elle est supposée préserver des bassesses politiciennes. Un exemple récent est celui de ce sexagénaire condamné à 20 ans de prison pour 4 SMS jugés insultants (personne ne les a vu !) alors que des meurtriers ayant avoué leur crime peuvent sortir librement (et en souriant !!) de prison tout simplement en payant une caution.

Donc, en ce jour de la fête des pères, j’aurai tout abord une pensée émue pour tous ces “papas” qui sont en prison en Thaïlande – et aussi ailleurs dans le monde – tout simplement parce qu’ils ont osé exprimer leur opinion et que cette opinion a déplu à ceux qui tiennent le fusil. Quand à mon opinion personnelle à ce sujet, j’ai pour habitude de citer une phrase de l’un de mes maîtres à penser, le Docteur Isaac Asimov, qui dans l’un de ces ouvrages écrivait que si la démocratie consiste à enfermer 500 technocrates dans un hémicycle pour qu’ils débattent pendant des semaines avant d’arriver à une décision qu’un monarque clairvoyant aurait pu prendre en 10 minutes, alors rien ne vaut un BON roi ! (les majuscules sont volontaires)

_DSC7983

Un autre pensée émue sera pour notre ami Luchaye, professeur à l’école de Ban Huoi Haeng, qui a perdu son papa récemment dans des circonstances dramatiques. Je ne voulais tout d’abord pas en parler, mais après accord des principaux intéressés il s’agit ici aussi d’une forme d’hommage rendu aux papas qui ont été arrachés à leurs familles par des accidents de la vie ou, comme ici, par des faits de guerre.

Luchai fait partie de l’ethnie des Lahu, des chasseurs-cueilleurs qui vivent depuis des siècles dans les montagnes du Nord de la Thaïlande. Cette tradition de chasse et de cueillette est toujours très vivante et tous les montagnards, même les plus jeunes, connaissent la forêt comme leur poche. Le père de Luchaye et deux autres hommes du village étaient ainsi récemment sur les traces d’un gibier et ont eu la terrible malchance de croiser la route d’un groupe de gardes-frontière, des jeunes recrues manquant d’expérience et non originaires de la région qui ont paniqué en voyant ces trois montagnards ne parlant même pas leur langue et ont ouvert le feu sans sommation. Bilan : 2 morts, un blessé grave (les 3 montagnards chasseurs).

Version officielle parue dans la presse : les gardes-frontière ont tué des trafiquants de drogue.
L’armée a quand même reconnu une part de responsabilité et a donné 5000 Bahts (120 Euros) de dédommagement à la famille de chaque victime. Le prix du silence.

DSC_0568

Ma troisième pensée émue (désolé si je casse l’ambiance !!) sera pour les papas de l’état Shan dont les enfants ignorent ce qu’ils sont devenus. Les scénarios se répètent, toujours avec la même cruauté invraisemblable que l’on croit sortie d’un mauvais film : l’armée birmane, le SPDC, arrive un matin au village en accusant les habitants d’aider les rebelles. Ils emmènent les hommes valides, violent les femmes qui n’ont pas réussi à fuir et se servent des enfants comme d’esclaves pour leur quotidien. Sur les 850 élèves de l’école de Loi Tai Laeng auxquels j’ai encore rendu visite récemment, 250 sont orphelins et ne savent pas où est leur papa.

Mais une lueur d’espoir vient cependant de s’allumer et semble bien vouloir persister. Des accords ont récemment été conclus entre les dirigeants Shans et le gouvernement “civil” birman et, comme me le disait l’un de mes contacts, c’est maintenant que la VRAIE partie de football commence, avec des spectateurs !!

_DSC3961

Toujours dans l’optimisme, le budget nécessaire aux 10 jours intenses passés récemment en montagne était exclusivement d’origine personnel – j’étais en vacance Rire – et un solde précédent, auquel sont venus se rajouter quelques dons récents reçus notamment par l’intermédiaire ce ce blog, nous a permis d’acheter 300 couvertures ainsi que 100 vestes coupe-vent avec doublure que nous allons faire parvenir très prochainement à ceux qui en auront besoin en prévision d’un hiver qui s’annonce de nouveau particulièrement froid.

Alors si vous aussi vous souhaitez participer et, dans une certaine mesure, rendre hommage aux papas présents ou absents, peut-être en offrant une couverture (ou même plusieurs !!) à leur progéniture, faites un don (cliquez ci-contre ou sur le bouton “Faire un don” dans la colonne de droite). Les projets ne manquent pas : encore des couvertures, mais aussi une cuisine et une cantine dignes de ce nom pour l’école de Ban Huoi Haeng.

Mais ça, ce sera pour un prochain billet…

5 décembre 2011 Posted by | Ban Huoi Haeng, Célébrations, Les Shans, Loi Tai Laeng | Laisser un commentaire

1er décembre – Je suis zému

La fête des pères en Thaïlande est célébrée tous les ans le 5 décembre, jour de l’anniversaire de sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej qui fêtera cette année ses 84 ans, soit sept cycles complets de 12 ans.

Des festivités sont organisées un peu partout dans le pays et toutes les écoles ont inclus dans leur emploi du temps une journée “spéciale papas” au cours de laquelle les élèves présentent des spectacles divers et variés aux papas qui ont réussi à se libérer pour l’occasion. Il faut dire que les circonstances disons… exceptionnellement aquatiques !! de cette année ont contraint la grande majorité des écoles de Bangkok à décaler la reprise du deuxième semestre et l’établissement que fréquentent de nos filles fait même figure de privilégié puisque les cours avaient repris ce lundi, le 28 novembre, alors que certains ne pourront pas rouvrir leurs portes avant début janvier.

Ce décalage de 4 semaines pour ce qui nous concerne a également donné lieu à une révision du calendrier scolaire pour le reste de l’année avec une réduction en conséquence des activités annexes dont fait notamment partie la “journée des papas”. Les élèves qui présentaient un spectacle n’ont ainsi eu que 3 jours pour se préparer (mais ils/elles se sont bien débrouillés quand même !!) et la journée elle-même a été limitée aux 3 premières heures de la matinée, pause café comprise.

_DSC6221

Mais l’ambiance était à la joie et à la bonne humeur, tous les professeurs étaient présents et très heureux eux aussi d’avoir pu reprendre “une activité normale” et j’ai été agréablement surpris par le grand nombre de papas qui avaient fait le déplacement en ce jour de milieu de semaine, d’autant plus que beaucoup d’entre eux n’ont pas la chance comme nous d’habiter à 5 minutes à pieds (ou 20 minutes en voiture !!) de l’école.

En plus de préparer chants et spectacles, il avait aussi été demandé à chaque élève de confectionner lui/elle-même une carte de vœux pour la fête des pères. Et là, je dois avouer que j’ai été bluffé par l’ingéniosité de Naomi, notre cadette, qui non seulement a rédigé un texte un peu plus élaboré que les expressions pleines de sentiments, je n’en doute, pas, mais banalement protocolaires du genre “I Love You Dad”, mais a aussi fait spontanément l’effort de l’écrire en français (cliquez pour agrandir).

 

Father Day001

Je rappelle qu’à part quelques heures à l’Alliance française il y a quelques années, aucune de nos filles n’a jamais suivi de cours de français et je suis le seul francophone régulièrement présent dans leur entourage. Bon, c’est vrai que Google Translator aide pas mal, mais encore faut-il en avoir envie. Après tout, à quoi bon faire l’effort de parler/écrire dans une langue qu’une seule personne de son entourage pratique ?

J’en suis encore tout zému.

P.S. Pour l’année prochaine, je vais essayer l’alsacien. Il existe là aussi des dictionnaires en ligne.

1 décembre 2011 Posted by | Célébrations, Histoire et tradition, L'école des filles | 2 commentaires

27 Novembre – Journée d’examens

C’était programmé depuis presque 2 mois : ce weekend nous avons effectué un aller/retour Bangkok <=> Chiang Mai pour les tests d’évaluation de la future école des filles : l’école Varee.

_DSC4683

Départ vendredi après-midi, retour sur Bangkok samedi dans la soirée. Un hôtel près de l’école pour pouvoir y être assez tôt, une voiture de location pour l’autonomie de mouvement : simplicité – efficacité pour un déplacement qui se voulait avant tout utilitaire sans vraiment de place pour le tourisme.

Pour ça, nous reviendrons à la fin de l’année !!

IMG_0526

Comme indiqué au début, nous avions programmé ce voyage depuis presque deux mois déjà, juste après l’inscription des filles dans leur nouvel établissement début octobre. À ce moment, personne, mais alors PERSONNE ne se doutait que les inondations qui ont affecté – et qui affectent toujours – Bangkok prendraient des proportions aussi catastrophiques et dureraient aussi longtemps. Nous supposions donc que le deuxième semestre aurait déjà recommencé, que les filles auraient cours le vendredi après-midi et avions par conséquent réservé un vol après de Nok Air, une compagnie qui dessert de Don Muang, l’ancien aéroport près duquel nous habitons.

_DSC6011

L’eau ayant transformé les pistes de ce terrain historique en une gigantesque piscine, tous les vols ont été transférés au nouvel aéroport, Suwarnapoom, à près de 40 km de notre domicile. Mais comme la rentrée du deuxième semestre n’aura lieu que demain, lundi 28 novembre, l’heure de trajet supplémentaire imposée par les embouteillages de Bangkok pour atteindre notre nouveau point de départ n’était pas très gênante.

Arrivée à Chiang Mai, nous nous rendons au guichet de la compagnie de location de voitures. Ce guichet, ainsi que ceux d’autres compagnies de location, se trouve directement à côté d’une porte qui reste ouverte constamment et qui débouche sur un parking exclusivement réservé aux véhicules de location (cette précision est importante pour la suite !!). Le temps de récupérer les clés, de faire le tour du véhicule, Pong et les filles s’étaient attablées pour prendre un goûter. Les formalités terminées, je vais pour les rejoindre et récupérer les sacs quand soudain le gardien de la porte me barre le passage. Ce même gardien qui m’a vu sortir 1 minute plus tôt avec l’employé de la société de location me fait comprendre par des gestes (il ne veut/sait pas parler !!) qu’il faut que je refasse tout le tour de l’aérogare pour rentrer par l’avant. Il me montre d’ailleurs une petite pancarte visible uniquement à l’extérieur (aucune indication à l’intérieur !!) sur laquelle figure “No Entry”.

Je rappelle que nous sommes toujours dans une zone exclusivement réservée aux véhicules de location de l’aéroport !! Mais bon. Le règlement c’est le règlement et ceux qui “pondent” (pas qui élaborent) les règlements sont rarement ceux qui les font appliquer dans la vraie vie !!

J’appelle donc Pong qui était toujours attablée avec les filles à quelques mètres de là, elle vient me rejoindre … Stop !!! … trop tard. Elle aussi a franchi la ligne invisible gardée par l’inflexible et zélé cerbère qui réussit quand même à prononcer 3 mots en Thaï au milieu desquels je crois reconnaître “X-Ray”. Restent les filles – avec notre sac – toujours à l’intérieur. Nous les appelons, elles approchent avec le sac pas trop lourd mais quand même, je vais pour les aider à porter le sac sur les 10 derniers mètres, mais rien à faire : le porteur de béret est déterminé à remplir sa mission jusqu’au bout. On lui a dit “No Entry”, il applique “No Entry”. D’ailleurs la tête ça sert à tenir le béret, pas à réfléchir !!

Le lendemain, lorsque nous rapportons la voiture, l’employé de la société de location nous explique que ce règlement totalement absurde les gêne eux aussi et qu’ils s’en sont déjà plusieurs fois plaint auprès de la direction de l’aéroport. Ben oui : eux aussi, ils sortent avec un client et sont obligés de refaire tout le tour en passant par les contrôles aux rayons X pour revenir sur leur lieu de travail !! Côté positif (il y en a toujours un) : c’est bon pour la ligne, car ça leur fait faire 300 m de marche à pied à chaque fois.

Il a d’ailleurs profité de notre “incident” pour signaler une nouvelle fois la totale irrationalité de ce règlement, et au moment de nous faire signer les papiers de décharge après la remise du véhicule (nous étions à l’intérieur et lui à l’extérieur), il s’est même amusé à pousser jusqu’au bout la carte de l’absurdité en tenant le document tout juste à la limite de la porte – toujours grande ouverte – et en me demandant suffisamment fort pour que le gardien l’entende de ne pas sortir la main trop loin pour signer (dés fois qu’il lui viendrait à l’idée de demander à ma main de refaire le tour…).

IMG_0537

Côté scolarité, les filles attendent à présent la confirmation (j’espère !!) de leur admission vers la mi-décembre et elles sont toutes les deux revenues enchantées de la demi-journée passée dans leur future école qu’elles sont impatientes de rejoindre.

 

IMG_0541

27 novembre 2011 Posted by | L'école des filles, Vie quotidienne | Laisser un commentaire

24 Novembre – Journée paperasse

Celui qui réside à l’étranger jouit de l’agréable privilège de pouvoir comparer l’efficacité de deux administrations : celle de son pays d’origine, par l’intermédiaire de son Consulat (et non pas de l’Ambassade !!), et bien sûr celle de son pays d’accueil par l’intermédiaire de tout un tas de services divers et variés tels que l’immigration et les impôts, pour ne citer que les principaux. Il peut même arriver qu’il faille solliciter ces deux administrations pour une seule et même démarche, ce qui est le cas pour le permis de conduire, principal sujet de ce billet.

Je devais, en effet, renouveler mon permis de conduire arrivé à échéance et l’exercice du jour consistait, dans un premier temps, à me rendre au Consulat de France de Bangkok pour y récupérer un Certificat de résidence (demandé par courriel 10 jours à l’avance et confirmé par les services dudit Consulat), et ensuite à affronter les looooooongues files d’attente et les formulaires rédigés dans un anglais incertain du Bureau des transports, l’organisme chargé de la délivrance et du renouvèlement du permis de conduire.

En effet, la durée de validité du permis de conduire thaïlandais est de 5 ans, après quoi il faut demander son renouvèlement et présenter à cet effet un certain nombre de documents (en théorie seulement 4, mais on ne sait jamais…).

J’avais téléphoné quelques jours avant pour me faire confirmer la liste des documents à produire, mais connaissant la variabilité fantaisiste des réponses obtenues, lesquelles dépendent très souvent de l’heure à laquelle sont posées les questions, du nombre de piments dans le Tom Yam, de la forme des nuages et de tout un tas d’autres facteurs qui nous sont totalement inaccessibles à nous, ignares d’occidentaux, j’ai toujours l’habitude de prévoir dans ma sacoche le “papier manquant” que je manque pas de sortir (cliquez pour voir de quoi il s’agit !!) lorsque j’estime que le fonctionnaire en face de moi a suffisamment d’humour, ce qui est souvent le cas avec les administrations thaïlandaise qui pratiquent la culture du “sanook”.

Parmi les documents à produire, il y a un Certificat de résidence délivré par le Consulat. C’était donc l’objet de ma première démarche du jour, à savoir récupérer ce certificat que j’avais demandé au Consulat par courriel une dizaine de jours avant, ce même Consulat qui avait confirmé par retour que ledit certificat serait prêt à l’accueil.

Après presque 2 heures d’embouteillages, je me présente enfin à l’accueil du Consulat et là surprise : pas de certificat !!
Le petit local d’accueil était plein à craquer, enfants sur les genoux des adultes, plusieurs personnes debout et la secrétaire – qui gardait un calme olympien impressionnant au milieu du chaos ambiant – tentait désespérément de jongler entre les pannes informatiques, les documents supposés prêts qui ne l’étaient pas, les rendez-vous non notés et tout un tas d’autres petits incidents qui semblaient découler directement de la fameuse Loi de Murphy et qui n’avaient rien, mais absolument RIEN à voir avec le dosage du piment dans le Som Tam. Après presque 2 heures d’attente et un petit haussement de ton (il faut parfois !), j’ai finalement obtenu le précieux document en ayant découvert que la nouvelle équipe du Consulat était encore en phase de rodage et que quelques semaines de pratique ne seraient pas superflue pour atteindre l’efficacité à laquelle nous avait habitué l’équipe précédente (il y a renouvèlement tous les 3-4 ans environ).

Ce billet est aussi une bonne occasion pour indiquer/rappeler les formalités à remplir pour obtenir ce que tout conducteur de véhicule doit obligatoirement posséder s’il vit en Thaïlande plus de 3 mois par an (limite de validité du permis international).

Permis de conduire thaïlandais

Permis1 Permis Serge001

Avant                           Après

Il existe un permis distinct par catégorie de véhicule : automobile, motocyclette, camion, transport en commun, etc. Pour un étranger qui possède déjà un permis dans son pays d’origine, il peut obtenir le permis thaï par équivalence en présentant son permis international, en plus d’autres documents. Ce premier permis est un permis dit provisoire qui est valable un an, après quoi on se voit délivrer un permis définitif valable 5 ans et donc à renouveler tous les 5 ans.

Le permis provisoire est valable EXACTEMENT un an (pas un an – 1 jour et pas un an + 1 jour !!). À l’époque, je voulais le renouveler quelques jours à l’avance mais on me l’avait refusé : il faut venir le jour même.
– Et si on vient le lendemain ?
– Alors il n’est plus valable et il faut recommencer toutes les démarches (implacable logique bureaucratique !).

Le permis définitif, par contre, est valable jusqu’à la date d’anniversaire de son détenteur 5 ans plus tard. Mon “ancien” permis de 5 ans datant du 9 mars 2006, il était donc valable jusqu’au 18 novembre 2011. Contrairement au permis provisoire, le permis définitif peut être renouvelé jusqu’à 3 mois à l’avance de la date d’échéance et le fait de venir quelques jours en retard (pas trop quand même !!) n’oblige pas l’intéressé à recommencer toutes les démarches, surtout pendant une période d’inondations catastrophiques accompagnées de son cortège de routes coupées.

Les pièces à produire sont :
– L’ancien permis
– Une copie du passeport (présenter l’original)
– Une copie du visa longue durée (les visas de courte durée n’ont droit qu’au permis provisoire)
– Une attestation de résidence (délivrée par le Consulat) ou, le cas échéant, une copie du Work Permit
– Pas de photo (ah bon ? pas de photo ? – ben non, elle est prise sur place. Il faut donc venir coiffé Rire)

Il faut ensuite passer une petite série de tests (vision des couleurs, réflexes, etc.), assister à une projection d’une heure sur la sécurité routière (sans commentaire…) et on ressort avec un permis tout neuf au format carte de crédit (ci-dessus les deux modèles de permis “5 ans”).

24 novembre 2011 Posted by | Administration, Vie quotidienne | 8 commentaires